Retrospective James Cameron part 7 : Titanic

Publié le par Scorpio

titanic 01Le dernier volet de la rétrospective James Cameron arrive enfin à bon port. Je vous l’avais promis pour mardi, mais je n’ai pas voulu me précipiter et ai préféré prendre mon temps pour vous livrer un article qui, je l’espère, vous plaira. Comme le dit l’expression « Mieux vaut tard que jamais ». Cette expression, il y a d’autres personnes qui aurait du l’utiliser, ces personnes se trouvaient d’ailleurs sur le paquebot qui inspirera à Cameron son plus grand succès. Après les robots, les aliens et avant les avatars, mesdames et messieurs, comme le disait ce marin dans Ghostbusters 2 : « Mieux vaut tard que jamais » : Titanic

 

Faisons un bref retour dans le passé. Nous somme en 1992 et Cameron, alors en train de finaliser Terminator 2 : Judgment Day ne sait pas encore quel sera son prochain projet. C’est en voyant à la télé A Night To Remember (1958), film narrant les événements tragiques du paquebot Titanic que le déclic se produit. Déjà passionné par l’océan, l’intérêt pour cette histoire est immédiat. Big Jim va pendant les 5 années suivants effectuer un tas de recherches et se documenter sur le sujet, car il le sait, un jour, il en fera un film.  Après avoir tourné True Lies et écrit Strangedays pour son ex-femme Kathryn Bigelow, Cameron est enfin prêt à rentrer dans l’Histoire du 7ème art…et à exploser une nouvelle fois les chiffres du box-office.

 

L’histoire du Titanic, c’est avant tout celle de ses passagers. Cameron va donc créer une histoire d’amour entre deux personnes que tout oppose, pris au piège dans des événements exceptionnels perturbateurs qui ne les laisseront pas intacts. Attendez une minute, mais cette histoire on la connait déjà ! Sarah Connor et Kyle Reese vivent exactement la même chose dans The Terminator (deux personnes venant d’époques différentes dont l’amour est perturbé par une guerre atomique et Schwarzy qui débarque du futur complètement nu). Le pouvoir de l’amour, Cameron en faisait également une belle démonstration dans The Abyss. Ce thèmes universel est donc le point central du film (et de sa filmographie), et ce qui est intéressant ici, c’est de voir comment ce sentiment va naitre et survivre malgré les événements. Et quels événements ! En bon technicien et conteur qu’il est, Cameron veut que nous ayons l’impression d’être sur le Titanic d’époque avec les personnages…et il y réussi, car si finalement l’histoire entre Rose et Jack peut sembler bateau, Big Jim c’est du bateau dont il est tombé amoureux !

 

Pour interpréter le couple d’amoureux Cameron ne va pas choisir de superstars. Son choix se porte sur Kate Winslet sans trop de problèmes. Pour le rôle masculin le studio impose Matthew McConaughey, mais Cameron n’en veut pas. Christian Bale est auditionné, mais Big Jim ne veut pas d’un deuxième acteur britannique et choisi le quasi-inconnu Leonardo DiCaprio (et lui donner la même coupe de cheveux que John Connor dans T2) pour jouer le rôle de Jack Dawson. On retrouve deux membres de la famille Cameron, Bill Paxton et Janet Goldstein. On aurait pu voir le trop rare Michel Biehn, mais Cameron lui a préféré Billy Zane.

 

Mike Cameron, le frère du réalisateur va fabriquer une caméra capable de filmer à l’extérieur d’un sous marin envoyé au même niveau que le Titanic. Cameron effectuera plusieurs plongées dans un mini sous-marin. Il va d’ailleurs passer plus de temps « avec » le bateau que les passagers de l’époque. Le résultat, on le connait tous : des prises de vues du véritable Titanic et des reconstitutions fidèles jusque dans les plus petits objets. Tout ceci, en plus de l’énergie déployée a un prix. Titanic sera le film le plus cher (et le plus rentable) du XXème siècle avec ses 200 millions de dollars de budget, soit bien plus que ce qu’à couté le vrai bateau à l’époque : 7,5 millions, soit entre 120 et 150 millions de dollars de 1997. Avec un tel risque le naufrage pour Cameron ne peut tenir qu’à un glaçon. Il abandonne d’ailleurs son salaire quand le budget commence à inquiéter la Fox.

 

Le succès est bien heureusement au rendez-vous. 11 oscars (Ben-Hur et The Return Of The King sont les autres films à avoir obtenu autant de récompenses), 600 millions de recettes aux USA, 1,2 milliards de recettes mondiales, 15 semaines successives en tête du box-office US…et le seul film dont la VHS est sortie alors que le film était encore en salle (ça ne s’est jamais reproduit). Plus qu’un film, Titanic est un véritable phénomène de société : qui aurait cru lorsque Schwarzy transperçait Bill Paxton d’un coup de poing dans The Terminator que des grands-mères vénéreraient James Cameron 13 ans plus tard et iraient voir l’un de ses films plus de 20 fois au cinéma ? Pas même Cameron.

Autoproclamé « Roi du monde » lors de la cérémonie des oscars, James Cameron peut donc réaliser ses rêves les plus fous. Il va, avec l’aide de son frère, créer des dizaines de nouvelles caméras, des sous-marins lui permettant de tourner dans les abymes des océans. Il va pouvoir surtout revenir vers la fox au début du XXIème siècle et leur dire : « Bonjour, je voudrai faire un nouveau film Avatar, mais il me faut 300 millions et une carte blanche ». Il va pouvoir réaliser ses rêves et révolutionner le cinéma.

 

Long Live The King, Long Live Big Jim !

 

 

Scorpio


Merci au Dreamprophet des Terres Inconnues pour la double diffusion de cette retrospective sur son site. Il va bientôt nous concoter une rétrospective Peter Jackson. Par Crom ! Ca risque d'etre bon tout ça !

Piranha 2The TerminatorAliensThe AbyssTerminator 2 : Judgment dayTrue LiesAvatarPortrait James Cameron

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emma 17/12/2009 17:32


HYYYYYYYY *hystérique²*
C'est parfait ._.
You're an artist!