STAR TREK en blu-ray : un reboot dans les étoiles !

Publié le par Scorpio


A l'occasion de la sortie en Blu-Ray et DVD du 11ème film Star Trek, réalisé par J.J. Abrahams, retour en vitesse de distorsion sur l'un des reboot les plus risqué et attendu de ces dernières années. Engage !

RETOUR SUR LE FILM

Space, the final frontier. These are the voyages of the Starship Enterprise. It's five-year mission: to explore strange new worlds, to seek out new life and new civilizations, to boldly go where no man has gone before

Quand fin 2007 les rumeurs commencent à circuler sur le net que le créateur de Lost et d'Alias, le réalisateur de Mission Impossible 3 et producteur de Cloverfield s'apprête à réaliser un reboot de Star Trek, les avis sont immédiatement partagés. Star Trek étant une œuvre culte outre-Atlantique (principalement) l'exercice s'avère risqué. Les 1ères rumeurs vont bon train, on parle de Matt Damon (Team America : Matt daaaaaaaaamon ) dans le rôle du capitaine Kirk, de Jennifer Garner (Alias) dans le rôle d’un membre important de l’équipage et (cela parait assez incroyable maintenant) d’Adrian Brody (The Pianist, King Kong) dans le rôle de Spock. Les rumeurs disparaissent en toute logique pour faire place à un flou de plusieurs mois.

 


Une chose à savoir sur le Trekkie (fan de Star Trek ultime, comprendre « borné ») c’est qu’il n’est jamais content. Il ne devrait quand même pas oublier que les deux derniers films de la franchise, à savoir Star Trek Insurrection et Star Trek Nemesis n’étaient d’une part pas d’une grande qualité et d’autre part bien moins intéressants et pertinants que beaucoup d’épisodes de n’importe quelle série Star Trek. Laissons donc une chance à J.J. Abrams. L’annonce du cast que l’on connaît (notamment celle de Zachary Quinto en Spock) et surtout le teaser dispo fin 2008 montrant un bout de l’USS Entreprise permettent de ralier beaucoup de monde à la cause du réalisateur. Voici donc le contexte dans lequel allait sortir le reboot le plus attendu (mais également le plus redouté) de cette décennie.



 
En décidant de raconter la rencontre entre Spock et le Capitaine James T. Kirk, ainsi que leurs premières aventures a bord de leur vaisseau légendaire, l'USS Entreprise, J.J. Abrahams se devait il de respecter à la lettre les bases historiques de la série ? la réponse est clairement non au vu des 1ères scènes (et du résultat final). Car si il y a bien entendu des points obligatoires à respecter, rien ne le force à suivre à la lettre un ensemble de faits contraignants et rendant le dépoussiérage de la série impossible. En choisissant de raconter la jeunesse de nos héros dans une réalité parallèle créée avec l'arrivée du vaisseau de Nero, J.J. Abrams s'affranchie du storyline originelle tout en conservant l'essentiel, l'âme de la série. Oui, le père de Kirk ne meurt pas à la naissance du héros. Et bien pourquoi pas ? En quoi cela change-t-il fondamentalement la suite de l'histoire? Même si le Kirk du film ne suit pas le même parcours académique que celui de la série, il n'en devient pas moins fidèle au personnage, à la légende qu'il deviendra plus tard. Beaucoup on décrié à la sortie la facilité scénaristique de la réalité parallèle. Je rappellerai juste que cette "astuce" scénaristique est présente plusieurs fois dans la série et a déjà été vécue par bon nombre de nos héros. Partir sur de nouvelles bases était donc le meilleur moyen de raconter librement une nouvelle aventure, un nouveau départ, un reboot ! Et puis vu le nombre d'épisodes, d'histoires qu'ont vécu les personnages de Star Trek, il est impossible d'être fidèle à l'ensemble de l'oeuvre en voulant l'actualiser et la rajeunir.

 
La 1ère chose que l'on peut dire du Star Trek d'Abrams, c'est qu'il est cool! Ça peut paraître anodin, mais c'est un énorme pas pour une série qui, rappelons le, paraissait chiante aux yeux de 80% de la planète et dont on ne souvenait que des pyjamas que portaient les héros (attention, je n'en fais pas parti, au contraire j'adore l'univers de Star Trek). C'était le plus grand défi à remporter par J.J. : que les gens, autres que les fans de SF s'intéressent à son film et indirectement à la série. On ne s'ennuie pas une seule seconde, que ce soit dans la 1ère partie (pré-Entreprise) avec l'introduction en parallèle de Kirk et de Spock, ou dans la 2ème haute en couleurs et en action. Les moyens techniques sont là et ça se sent, ça se ressent : on en prends plein les yeux. Le trekkie comme le profane peut apprécie des grands moments de la saga comme le Kobayashi Maru (que l'on voit enfin à l'écran dans sa version "kirkienne"), la rencontre (réinventée) entre deux légendes de la SF (Kirk et Spock), une multitude de clins d'oeil à la série (le "soldat en rouge") et à la SF en générale (réalité parallèle).


 
La force de ce film réside surtout dans ses personnages, car ce sont eux qui portent la saga sur leurs épaules. Peut importe ou, quand et de quel façon, le duo de Kirk/Spock (et par extension le reste de l'équipage) est sur quoi repose toute la crédibilité de l'histoire. Si le duo ne fonctionne pas, si l'on adhère pas aux personnages, à leurs différences (la logique froide du Vulcain tiraillé par ses origines "bâtardes" en opposition à l'explosivité de l'américain au sang chaud hanté par le fantôme de son père) on peut avoir tous les combats spatiaux possibles, on ne croira pas à l'histoire. Que ceux qui préfèrent McCoy, Scotty ou les autres, ils ne sont pas oubliés et ont tous leur importance dans l'histoire. Pour rendre cela crédible il fallait un cast prêt à endurer la comparaison avec les légendes du petit écran. Si Chris Pine est un quasi inconnu, Zachary Quinto a la lourde tache de faire à la fois oublier Leonard Nimoy mais également le personnage de Sylar qui l'a rendu célèbre dans la série Heroes. Il y arrive à la perfection, tant son charisme débordant envahi l'écran à chacune de ses apparitions. On ne pense ni à Nimoy, ni à Sylar (il ne souffre donc pas du "syndrome Mark Hamill"). La présence de Leonard Nimoy dans le rôle du Spock provenant de la timeline "traditionnelle" couronne le tout en donnant au spectateur à la fois un lien avec le Star Trek d'origine et un grand moment de plaisir geek évident tant Spock fait parti intégrante de la pop culture.

 
Star Trek de J.J. Abrams est donc un très bon blockbuster, un bon film de Science Fiction (comme on n'en avait pas vu depuis longtemps) décomplexé mais également, et surtout, un bon film Star Trek. Des suites sont bien évidement lancées et on n'en viendrait presque a regretter que tout cela ne soit pas q'un énorme pilote à gros budget pour le départ d'une nouvelle série, en perte de vitesse sur le petit écran, tant on prendrait plaisir à voir (et revoir) ces personnages que nous adorons. Pari réussi pour Abrams!



TEST BLU RAY

L'IMAGE

C'est bien simple. Toutes les merveilleuses couleurs lors de la sorties en salle sont parfaitement retranscrites sur le support Blu-Ray. Bien évidement l'encodage est en 1080p ce qui ravira les possesseurs d'écrans Full HD de grande taille (car, même si c'est un avis perso, sur - de 100cm de diagonale on a quand même tendance à ne pas voir une grande différence entre le Full et le Ready). C'est ce que l'on recherche sur ce genre de film. Il faut que les détailles puissent se découper à la perfection sur un noir spatial irréprochable et c'est le cas. On profite pleinement des capacités du Blu- Ray. Quelques petits détails négatifs comme des plans flous (en très petite quantité), dus aux mouvements rapides, comme c'est souvent le cas chez Abrams (et donc pas en rapport avec la qualité de la compression), n'entacheront en rien votre plaisir visuel. Une très bonne nouvelle!


LE SON:

Le son de cette édition de Star Trek peut poser problème. Pour les réfractaires à la V.O. (oui, il y en a encore), le format Blu Ray ne leur fait pas du tout honneur. Ils devront se contenter d'une piste DD 5.1. Certe, ce n'est pas affreux, mais l'on attend le minimum (au moins un DTS) lorsque l'on s'équipe en Blu Ray. Le problème n'est pas nouveau, souvenez vous des nombreux DVD ou une langue se trouvait en DD plein débit alors que l'autre devait se contenter d'un Dolby Stereo étouffé. C'est décevant que les éditeurs aient toujours cette politique. Pour la V.O. en revanche, la piste True H.D. vous permetra de profiter pleinement de la magie sonore que peuvent représenter les combats spatiaux du film. La répartion sonore de qualité vous permetra une immersion totale dans les aventures de l'USS Entreprise.




LES BONUS

Comme tout blockbuster digne de ce nom, l'édition Blu Ray de
Star Trek déborde de bonus et c'est tant mieux, vu que la politique récente des éditeurs sortant à la fois un film en Blu ray et en dvd était de privilégier le dvd pour les bonus. Ici ce n'est pas le cas et voici un aperçu de ce qui vous attend. On Screen!

- Commentaire audio de J.J. Abrams, Bryan Burk, Alex Kurtzman, Damon Lindelof et Roberto Orci. Commentaire interressant pour les fans de la série, les autres peuvent passer leur chemin si ils ne se sentent pas attirés par tous les détails apportés par l'équipe sur l'adaptation, les scènes coupées...L'ensemble reste très interresant et informatif même si l'exercice du commentaire audio a tendance à faire oublier à J.J. Abrams qu'il s'adresse à des spectateurs et non pas juste à ses potes qui commentent avec lui. On est quand même loin de son horrible commentaire en duo avec Tom Cruise sur
Mission Imossible 3.

-
La ou nul homme...: featurette nous présentant l'équipe derrière Star Trek, leur volonté de changer l'image de la série, les problèlmes rencontrés lors de l'adaptation, l'écriture du scénario. Classique et instructif si vous ne surfez pas régulièrement sur des sites de cinéma (en même temps pourquoi aller ailleurs que sur Dagoblog...)

-
Le Casting : Découverte du casting du film, rencontre entre Zachary Quinto et Leonard Nimoy. Le côté "tout le monde est super" est cependant présent mais on s'en doutait un peu.

-
Une nouvelle vision : Pourquoi et comment Abrams a t il voulu faire un nouveau Star Trek ?

-
Les vaisseaux : Présentation des vaisseaux du film. Interressant sur tout ce qui concerne l'Entreprise et la modernisation des vaisseaux.

-
Les extraterrestres : Présentation des extraterrestres présents dans le film.

-
Les costumes et les accessoires: Présentation des nouveaux costumes qu'il a fallu quand même "moderniser" tout en restant fidèle au design d'origine.

-
Ben Burt et les effest sonores de Star Trek: Ben Burtt, l'homme derrière les sons de Star Wars, le père du bruit légendaire des sabres laser, nous explique son retour au source puisqu'il avait été influencé par la série StarTrek pour créer l'univers sonore de Star Wars. "La boucle est bouclée" comme dirait Dark !

-
La musique : Oui, la musique. Le compositeur Michael Giacchino, nous parle comme de par hasard de son amour pour la musique de la série et bien entendu, de son travail sur le film.

-
La vision de Roddenberry : featurette sur le créateur de Star Trek et sur sa vision sur le futur.

-
Scènes inédites : la partie la plus interressante des bonus pour tout fan qui tuerais pour en voir plus. Les scènes sont présentées avec une explication sur leur absence.

-
Le simulateur Starfleet: L'Entreprise comme si vous y étiez! Il y a aussi le Narada, le vaisseau de Nero.

-
Betisier: Oui, même Spock a rigolé sur le tournage!

-
Bandes annonces: Tout est dans le titre...


Laissons le mot de la fin à ce bon vieux Spock, comme il le dit si bien :

Live Long And Prosper!


 Capt. Scorpio

STAR TREK (2009)
Un film de J.J. Abrams d'après la sérié créée par Gene Roddenberry
Avec Chris Pine (James T. Kirk), Zachary Quinto (Spock), Karl Urban (Dr Leonard McCoy), Simon Pegg (Montgomery Scott), John Cho (Hikaru Sulu), Anton Yelchin (Pavel Chekov), Zoe Saldana (Uhura), Bruce Greenwood (Christopher Pike), Eric Bana (Nero) et Leonard Nimoy (Vieux Spock)

 

 

Commenter cet article